alopecie feminine

Quelles sont les causes de l’alopécie féminine ?

De nos jours, environ 20% des femmes sont concernées par l’alopécie. Même si les hommes sont aussi touchés par cette maladie, elle est bien plus impactante pour les femmes. En effet, la chevelure d’une femme est signe de féminité et de beauté. L’alopécie à des effets très néfastes sur l’estime qu’elles peuvent avoir sur elles, bien que dans le milieu médical, elle est une pathologie bénigne.

L’alopécie androgénétique, qu’est-ce que c’est ?

L’alopécie androgénétique correspond, comme pour les hommes, à la perte des cheveux. Vous voulez tout savoir sur l’alopécie féminine ? Voici ici, quelques informations sur un sujet qui préoccupe toutes les femmes.

Contrairement à l’homme, la femme se met à perdre ses cheveux de manière localisée. La chute est lente, progressive et diffuse. Il est toutefois très rare qu’elle perde la totalité de ses cheveux. Dans ce cas de figure, on parle plutôt d’une pelade universelle, qui signifie que l’intégralité des poils du corps tombent. Ce phénomène concerne les deux sexes.

Quelles en sont les causes ?

Toutes les femmes produisent des hormones mâles, 20 fois moins que l’homme. Ces hormones sont sécrétées par les ovaires ou encore par les glandes surrénales. Chez certaines d’entre elles, cette production est plus élevée. Cette différence, dans certains cas légère, suffit à déclencher une chute de cheveux anormale. Dans d’autres cas, une sécrétion accrue du sébum provoque également une chute du cheveu. En effet, le surplus de sébum se loge dans le cuir chevelu, freinant ainsi l’irrigation des racines et le renouvellement du cheveu. Cette anomalie capillaire survient dans des périodes clés chez la femme :

  • La puberté ;
  • La maternité ;
  • La ménopause.

A savoir que le stress joue un rôle très important dans l’état émotionnel de la femme, qui conduit à une chute anormale et accélérée.

Quels sont les symptômes ?

La chute est parfois soudaine, en quelques jours, elle peut être visible. A contrario, s’il s’agit d’une chute plus progressive et lente, certains signes peuvent déjà vous alerter :

  • Cheveux ternes et fragiles ;
  • Apparition de pellicules importantes ;
  • Démangeaisons et irritation du cuir chevelu ;
  • Sensations de douleurs aux racines des cheveux.

 Quel traitement adopter ?

Plusieurs traitements existent pour ralentir la chute des cheveux. Ils consistent soit, à stimuler le follicule pileux, soit, à bloquer l’action des hormones responsables de l’alopécie. Pour la plupart des traitements, les résultats commencent à être visibles au bout de 4 à 6 mois. Très souvent, le traitement est nécessaire sans interruption. En effet, s’il est arrêté, très vite, la chute reprend. Que faut-il faire pour stopper cette anomalie capillaire ?

  • Pour les femmes, il est recommandé de prendre une pilule contraceptive adaptée. Celle-ci aura pour effet de ralentir la chute en régulant les hormones ;
  • Le minoxidil est un produit qui doit être appliqué deux fois par jour directement sur le cuir chevelu. Il a pour effet de stimuler la repousse et diminuer la chute du cheveu ;
  •  En prévention, vous pouvez d’ores et déjà utiliser des shampooings adaptés et spécialement conçus pour ce type de problème. Des traitements anti-chute sont disponibles en pharmacie, sans ordonnance, à faire si vous remarquez un début de perte de cheveux.