Mains femme âgée

Les états européens s’unissent pour améliorer le quotidien des personnes âgées

En 2045, les séniors représenteront 20,7 % de la population européenne. Afin de faciliter leur quotidien, les différents États membres de l’UE ont conclu un accord visant une stratégie commune et efficace. Un sujet qui nous concerne tous, jeunes, anciens, aujourd’hui ou demain…

D’où vient cette prise de conscience ?

À travers l’Europe, le nombre de séniors dépendants ne cesse d’augmenter. Ce phénomène démographique alimente un dérèglement financier lié à la santé publique. Par extension, l’étreinte mentale gagne chaque année un peu plus de terrain. Le taux de personnes âgées touchées par des maladies psychiques n’a jamais été aussi important. Alors, qu’il s’agisse d’un accompagnement humain ou matériel, comme avec un suivi psychologique ou encore, avec la pose d’un monte escalier, le conseil européen a décidé de réagir ! L’UE se veut résolument pragmatique et déterminée à accompagner les personnes âgées dans leur vie de tous les jours. Les propositions émanant du conseil européen portent sur trois axes majeurs :

  • La prévention ;
  • L’amélioration de la qualité de vie ;
  • La solidarité.

Concrètement, que comptent-ils mettre en place pour améliorer le quotidien des séniors ?

  • Le personnel de santé et les ministres ont récemment échangé sur les moyens et les leviers à mobiliser à ce sujet. De cette conférence on retient notamment le déploiement de programmes visant :
  • Le développement de méthodes et d’initiatives aidant les personnes âgées à s’autonomiser ;
  • L’instauration de prévention des troubles de l’équilibre et des chutes ;
  • La généralisation de l’accès aux technologies d’assistance à domicile ;
  • Le renforcement de la coordination et de la cohérence des interventions nationales et européennes en faveur des personnes âgées.

Belle initiative, mais concrètement, comment cela se traduit-il pour les personnes concernées ?

Le plan d’action mentionné plus haut définit les mesures à concrétiser sur le terrain dans chaque État membre. Ces dernières considèrent les besoins particuliers des personnes âgées et tiennent également compte de la situation sociale de chacun. Ainsi, l’aide s’adaptera aux besoins spécifiques et aux capacités financières du bénéficiaire, quel que soit son pays d’origine. Cette stratégie commune est une bonne nouvelle pour les séniors qui voient enfin leurs droits respectés.
On espère toutefois qu’il ne s’agit pas de paroles en l’air ! Les différents pays participants affirment, quant à eux, être bien décidés à unir leurs forces pour permettre aux personnes âgées de se sentir mieux physiquement et plus épanouis. Assurément, une fois effectives, ces mesures faciliteront le quotidien des séniors, mais aussi de leur famille, en retardant au maximum l’entrée de l’aîné en maison de retraite. C’est là une étape fatidique vers un Nouveau Monde, et nous espérons que ce projet verra très vite le jour.

Les mesures prises seront-elles vraiment efficaces et suffisantes pour améliorer la qualité de vie des séniors ?

Seul l’avenir nous le dira. En attendant, profitons de la vie et soyons bienfaisants envers nos aînés !