Child knee with an adhesive bandage and bruise.

Les bons réflexes en cas de blessures bénignes

Dans notre vie au quotidien, nous sommes exposés à plusieurs facteurs à risque, sources d’accidents domestiques ou autres. Cela va de l’égratignure à l’entorse, en passant par une brûlure superficielle. Mais alors, comment agir dans ces cas-là ?

Les petites blessures du quotidien

Il peut se passer divers accidents inattendus tous les jours. Vous venez de vous baigner dans votre piscine, vous remettez vos sandales et les mouillez par la même occasion, en entrant dans la maison vous glissez sur le carrelage et vous vous faites une entorse.

Child knee with an adhesive bandage and bruise.

Vous êtes à la plage et votre petit s’amuse sur les rochers, il tombe et se blesse. Son genou est écorché par un coquillage. Que faites-vous ?

Qui contacter pour vous venir en aide ?

Dans les deux cas, ce n’est qu’une mésaventure, rien de bien grave, mais à ne pas prendre à la légère non plus. Il serait déraisonnable d’appeler les pompiers ou de se rendre aux urgences pour si peu. Se rendre chez votre médecin n’est pas une option, car nous sommes le week-end et il n’est pas disponible.

plaie-superficielle

La solution qui s’offre à vous est de vous rendre dans une pharmacie. Les pharmaciens possèdent les compétences requises pour vous conseiller dans ce cas d’incidents. Ils pourront aussi vous prescrire et vous procurer le traitement nécessaire.

Pour trouver la pharmacie à proximité de chez vous ou du lieu où vous vous trouvez, rendez-vous sur internet. Par exemple, vous pouvez trouver la pharmacie la plus proche avec le-guide-sante.com.
De toutes les options possibles, celle à éviter est l’automédication.

L’automédication en France

De plus en plus de personnes pratiquent l’automédication, surtout dans les pays occidentaux. En France, environ 85% des Français consomment des médicaments sans ordonnance. Ce pourcentage a augmenté de 6% depuis l’an 2000.

shutterstock-10-d7dad151238-original

Le fait que les médecins sont de plus en plus indisponibles et que certains médicaments sont de plus en plus accessibles est le moteur de cette pratique.

Pour certains maux, qui semblent bénins, l’automédication est compréhensible. On parle ici de maux de tête, migraine ou encore un léger rhume. Cependant dans d’autres cas, l’automédication peut s’avérer dangereuse.

En quoi l’automédication peut-elle être dangereuse ?

Parfois, il nous reste des médicaments prescrits par notre médecin précédemment lors d’un souci de santé, et que lorsque l’on constate les mêmes symptômes, on reprend ces mêmes comprimés.

Cependant ils ne conviennent pas forcément à notre cas actuel, car ils ont été prescrits en rapport à notre état antérieur. C’est ce que l’on appelle une automédication « non responsable », ce qui s’avère d’autant plus dangereux surtout lorsqu’il s’agit de médicaments tels que les anxiolytiques, antibiotiques ou encore les anti-inflammatoires. Malheureusement, la pratique de l’automédication est de plus en plus fréquente, au point d’être banale, ce qu’il faut à tout prix bannir.

sante-l-automedication-a-le-vent-en-poupe-201-1486374447

Quoi qu’il en soit si vous ne pouvez pas joindre un médecin, adressez-vous à un pharmacien, il sera toujours mieux renseigné que vous et plus apte à vous conseiller. Si l’incident a lieu un dimanche ou pendant un jour férié, il existe les pharmacies de garde.

0 réponses

Répondre

Vous souhaitez vous joindre à la discussion ?
N'hésitez pas !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>