greffe de cheveux

Greffe de cheveux : à quel âge commencer ?

La chute de cheveux peut apparaître à n’importe quel âge. Lorsque vous commencez à remarquer une perte anormale de vos cheveux, vous cherchez à savoir si, à votre âge, la greffe de cheveux est recommandée. Pour vous éclairer, entrons un peu plus en détail sur les différents critères à prendre en compte avant de commencer une greffe de cheveux.

Existe-t-il une fourchette d’âge limite pour réaliser une greffe de cheveux ?

Dans l’absolu, l’âge n’est pas un critère décisif lorsqu’il s’agit de greffe de cheveux. Quel que soit votre âge, vous pouvez prétendre à une transplantation capillaire.

Cependant, cette notion s’accompagne de quelques limites et conditions. Il est également primordial de choisir la meilleure clinique comme une clinique spécialisée en greffe de cheveux à La Réunion pour une opération réussie.

 

  • La densité de la zone donneuse

L’objectif d’une greffe capillaire est de prélever des cheveux, dits greffons, d’une zone donneuse suffisamment fournie pour être ensuite transplantés vers une zone receveuse.

Chez l’homme, la perte de cheveux est principalement d’origine androgénétique. La surexpression de la Dihydrotestostérone accentue le cycle de croissance des cheveux, notamment sur les zones frontales et le vertex, causant leur chute précoce. Les autres parties, à savoir les zones occipito-temporales, sont quant à elles peu affectées par la Dihydrotestostérone. Ces parties-là serviront donc de zones donneuses.

Il est à noter que les greffons sont prélevés avec leur bulbe. Ainsi, une fois que ces derniers sont prélevés de la zone donneuse, ils ne pourront plus repousser. Pour obtenir un résultat esthétique, il est donc nécessaire d’évaluer en amont la densité de cette zone. Arrivée à un certain âge, la zone donneuse risque d’être moins fournie, ce qui réduit considérablement la quantité de greffons à prélever.

 

  • Limite liée à la zone à implanter

Dans certains cas, la greffe de cheveux est impossible à réaliser sur la zone à implanter, quel que soit l’âge. Il s’agit notamment des cas de calvitie de stade Norwood VI et Norwood VII. Lorsque la calvitie atteint un stade avancé, la zone nécessitant une transplantation est trop importante pour que la zone donneuse soit suffisante pour la couvrir. Dans ce cas de figure, si l’on procède à une greffe de cheveux, le résultat sera peu esthétique. La zone greffée restera clairsemée, due au manque de greffons, tandis que la zone donneuse sera moins dense.

 

  • Une greffe trop précoce (à moins de 30 ans)

Comme mentionné plus haut, l’âge n’est pas un critère déterminant dans la faisabilité d’une greffe de cheveux. Cependant, par précaution, les spécialistes recommandent d’atteindre une stabilité totale de l’activité hormonale avant de procéder.

En effet, pour les moins de 30 ans sujets à une perte de densité débutante, c’est-à -dire de phase I ou phase II, la chute risque de s’aggraver progressivement avec l’âge. Ainsi, même s’ils procèdent à une greffe de cheveux à La Réunion avant l’âge de 30 ans, ils seront contraints de réitérer l’opération plus tard. Certes, les cheveux greffés ne présenteront aucun risque de chute, cependant, les actions de la Dihydrotestostérone se poursuivront sur le reste des cheveux situés sur les zones frontales et le vertex. Sans une seconde transplantation, le résultat risque d’être inesthétique.

 

  • Le facteur lié aux comorbidités

Le dernier facteur à prendre en compte lorsqu’on parle de greffe de cheveux est celui lié aux comorbidités. Plus on vieillit, plus le risque de présenter des comorbidités est élevé. En effet, pour les personnes atteintes de certaines maladies telles que des problèmes cardio-vasculaires avec traitement anticoagulant, la greffe de cheveux est contre-indiquée.

En outre, arrivée à un certain âge (souvent après 70 ans), la qualité de la vascularisation du cuir chevelu peut diminuer, ce qui limite la possibilité de prélèvement de greffons.