ophtalmo

Pourquoi y a-t-il si peu d’ophtalmologistes à Lyon ?

Les difficultés d’accès aux soins ophtalmologiques sont indéniables dans les grandes métropoles françaises et aussi dans des zones considérées comme médicalement sous-dotées en ophtalmologues. Il y a des fois où les médias parlent même des déserts médicaux en ophtalmologie. Lyon est catégorisé dans ces villes qui souffrent plus ou moins de la pénurie d’ophtalmologues.

Quelles explications à ce phénomène ?

Ophtalmologistes et déserts médicaux à Lyon

L’expression « désert médical » est surtout très utilisée dans le domaine médiatique. Cependant, il serait plus exact d’employer le terme zones « sous-denses » en médecins. De manière générale, un territoire médicalement sous-doté est associé aux villes affichant une densité médicale inférieure à 30 %. Un tel phénomène est assez courant dans l’Hexagone où il est quasiment impossible de trouver des ophtalmologues dans certaines villes.

Selon les études, la densité des ophtalmologistes libéraux dans l’Hexagone est de 7,4 pour 100 000 habitants. Ce chiffre permet d’observer clairement l’accès difficile aux soins en ophtalmologie. Cependant, cela est surtout une question de territorialité.

Les statistiques données permettent de constater des écarts très significatifs entre les départements ayant une densité plus forte. Si cela concerne les petites agglomérations, les grandes métropoles comme Lyon ne sont pas épargnées non plus.

Les urgences ophtalmo toujours très bien gérées

La réalité du manque de couverture médicale en ophtalmologie est indéniable à Lyon. Cependant, il faut admettre qu’elle n’est pas pour autant la ville la plus touchée par cette pénurie d’ophtalmologistes. En effet, il est toujours possible d’obtenir un rendez-vous dans une enseigne spécialisée aussi bien pour les urgences que pour les consultations ponctuelles.

Selon le-guide-sante.org et sa carte interactive, le délai moyen d’obtention d’un RDV est de 53 à 77 jours dans le Rhône, ce qui est globalement mieux que ses départements voisins.

On retrouve également de gros cabinets privés qui assurent les urgences sur un créneau bien déterminé. C’est vrai que cette démographie médicale se fait sentir surtout avec la hausse exponentielle des urgences ophtalmologiques, mais la situation est toujours bien gérée à Lyon. Une étude sur les urgences lyonnaises en matière d’ophtalmologie a permis de mettre cela en évidence.

Aujourd’hui, on trouve toujours dans la métropole des cabinets ouverts 24 heures et tout au long de la semaine pour prendre en charge des urgences. Par ailleurs, ces enseignes telles que Point Vision enregistrent chaque année un taux conséquent de passages.

Gare aux ophtalmologues charlatans

On doit admettre que ce manque de pratique peut faire pousser de mauvaises intentions dans l’esprit de certaines personnes peu scrupuleuses. Cela impose une grande prudence aux patients. Pour éviter de tomber dans le panneau, il devient crucial de s’assurer à ce que le médecin soit inscrit à l’Ordre ou bien un interne en stage libéral !

Les patients ont le droit de vérifier le badge de l’ophtalmologue ou consulter son profil sur le web pour être rassurés. Par ailleurs, l’exigence d’une facture ou d’une ordonnance est possible et ces derniers doivent être remis au nom du médecin.

Le détournement du modèle des centres médicaux étant de plus en plus alarmant comme le montre certains cabinets d’avocats qui dénoncent les pratiques abusives de centres ophtalmologiques et dentaires. Pour autant, dans le contexte actuel, il faut doubler de prudence pour ne pas faire l’erreur de contacter un praticien indigne de ce nom.