media-identifier-libido-causes.jpg

Baisse de libido : identifier les causes

Une vie sexuelle épanouie est un facteur important dans une relation de couple. En cas de baisse du désir sexuel, il faut résoudre le problème au plus vite. Cela passe inévitablement par l’identification des causes de ce trouble sexuel.

Comment identifier les causes de la baisse de libido ?

L’identification des causes de la baisse de votre libido est une étape indispensable dans le processus de guérison.

Consultez un sexologue

C’est le moyen le plus sûr d’identifier les causes exactes de la baisse de votre libido. Le sexologue est un spécialiste des troubles liés à la sexualité. Grâce à des procédés valides, il pose le diagnostic et propose le traitement le plus adapté. Il assure notamment le rétablissement des fonctions physiologiques et psychologiques qui influencent sur la sexualité.

On peut notamment se rendre sur mia.co pour téléconsulter un(e) sexologue. Le processus se déroule généralement en 3 étapes. Tout d’abord, un questionnaire vous permet d’exprimer vos sentiments et donc de lister les symptômes. Au cours d’un ou de plusieurs entretiens en ligne, la ou le sexologue vous propose un accompagnement personnel. Enfin, vous avez droit à un traitement et à une téléassistance plusieurs jours par semaine. L’objectif est que vous vous sentiez mieux à la fin du traitement.

baisse libido

Recherchez parmi les causes fréquentes

Il est possible d’identifier les causes de la baisse de la libido en se référant aux causes les plus fréquentes. Ce trouble de la sexualité peut en effet trouver ses origines dans le passé de l’individu. Il est prouvé que la majorité des personnes ayant subi des sévices sexuels pendant leur jeune âge présentent des problèmes de libido.

Les causes peuvent également se retrouver dans l’environnement familial ou professionnel de la personne. Si votre environnement est stressant, votre libido peut en pâtir. Par ailleurs, la consommation de films pornographiques peut également entraîner cet état, surtout chez les hommes. Pour les femmes, la période d’allaitement est réputée défavorable à une bonne libido. De plus, certaines douleurs au cours du rapport sexuel peuvent en être à l’origine. Notons que la limite de cette auto-exploration réside dans le manque de précision et de certitude dans l’identification de la cause. Le sexologue est donc le plus à même pour parler de la baisse de la libido.

Quelques conseils pour retrouver son désir sexuel

La baisse de libido touche en moyenne 45% des femmes et 25% des hommes. La résolution du problème est inévitablement liée à l’identification de la cause.

Les causes psychologiques

Si votre libido a baissé en raison d’un problème dans votre couple, la seule solution est de résoudre le problème. Vous pouvez en discuter avec votre partenaire ou prendre rendez-vous pour une thérapie de couple. En revanche, si votre libido souffre à cause d’un souvenir traumatisant, un accompagnement psychologique pourra mieux vous aider à vous en sortir.

Les causes physiologiques

Chez l’homme comme chez la femme, les problèmes liés à la libido peuvent provenir d’un déséquilibre hormonal. Dans ce cas, le rétablissement de cet équilibre est nécessaire pour la résolution du problème. En tant que professionnel des relations sexuelles, le sexologue pourra vous prescrire le traitement le plus indiqué. Notons que dans certains cas, une opération chirurgicale peut être nécessaire pour le retour d’une bonne libido. Ce type d’intervention est pratiquée lorsque la baisse de la libido est due à un dysfonctionnement des tissus érectiles par exemple.

img-ejaculation-retarder-comment-l.jpg

Comment retarder l’éjaculation ?

L’éjaculation précoce est un trouble sexuel dont souffre en moyenne 1 homme sur 3. Ayant des explications diverses, la dysfonction érectile affecte l’intimité des couples. En effet, si elle crée de la frustration chez certaines femmes, elle affecte moralement la majorité des hommes, qui remettent en cause leur virilité. Alors, comment retarder son éjaculation et faire durer le plaisir sexuel ?

En utilisant la technique du « stop and go »

Comme vous pouvez le voir sur cette page du site charles.co, malgré la diversité de ses causes, facteurs de risques et conséquences, l’éjaculation précoce n’est pas sans solution.

Grâce à la technique du « stop and go » par exemple, vous pouvez maîtriser votre excitation psychique, sexuelle et corporelle. Elle consiste à interrompre vos coups de reins et à vous retirer du vagin de votre partenaire quand vous avez la sensation de ne plus pouvoir contrôler votre excitation. Dès que l’excitation retombe, vous pouvez à nouveau la pénétrer.

En adoptant certaines positions sexuelles

Certaines positions sexuelles vous permettent de contrôler la profondeur et l’angle de pénétration, et donc de maîtriser votre éjaculation. Les positions du « missionnaire » (vous sur votre partenaire), de l’Andromaque (votre partenaire sur vous) et des « petite cuillères » (vous derrière elle, mains libres, corps emboîtés), permettent par exemple de retarder l’éjaculation.

A contrario, d’autres positions comme la levrette accélèrent votre éjaculation. En effet, la vue des fesses de votre partenaire vous incite à mettre des coups de reins accélérés, lesquels favorisent une éjaculation très rapide.

L'Andromaque, pour éviter l'éjaculation précoce

En pratiquant le squeezing

Le squeezing est la capacité à reconnaître la survenue de l’orgasme et à la maîtriser. Cette technique consiste à pincer votre phallus à l’aide de votre pouce et de votre index, dès que vous sentez que vous êtes sur le point de jouir. Ce geste arrête en effet la montée du sperme, mais nécessite de vous retirer rapidement et de manière précise.

En utilisant des crèmes retardantes

Il existe des crèmes ou sprays comme le Fortacin que vous pouvez appliquer sur la tête de votre verge une vingtaine de minutes avant l’acte sexuel. Ce sont des crèmes anesthésiantes qui retardent l’éjaculation et vous aident à ressentir et donner plus de plaisir.

En dehors de ces astuces, il est possible d’éviter l’éjaculation précoce en :

  • Apprenant à contrôler votre respiration pendant les rapports sexuels
  • Utilisant les préservatifs retardants
  • Relaxant le périnée
  • Essayant la distraction cognitive
  • Faisant durer les préliminaires

En prenant des antidépresseurs et certains médicaments

Des recherches sont parvenues à la conclusion que les hommes qui sont sous antidépresseurs éjaculent difficilement. C’est pourquoi votre médecin peut vous prescrire certains médicaments à faible dose, lorsque vous souffrez de dysfonction érectile. On parle souvent de médicaments « hors étiquette », c’est-à-dire à des finalités autres que celles auxquelles elles sont à la base destinées. Au nombre de ces antidépresseurs, figurent la fluoxétine, la clomipramine, la sertraline, la paroxétine.

Il existe en outre des médicaments que vous pouvez prendre quotidiennement. D’autres en revanche sont indiqués 2 à 6 heures avant les rapports sexuels. Tel est le cas de la Dapoxétine et du Priligy comprimé par exemple. Ces médicaments à prise ponctuelle ont un effet limité dans le temps. Vous pourrez recommencer à éjaculer précocement si vous arrêtez de les prendre.

Attention toutefois, ces médicaments ne sont pas anodins et ne doivent être pris qu’en dernier recours. Avant toute chose, il est nécessaire que vous consultiez un médecin.

Impuissance sexuelle

Impuissance sexuelle : d’où viennent ces dysfonctionnements chez les hommes ?

Encore appelée dysfonctionnement érectile, l’impuissance sexuelle est un problème de santé redouté par tous les hommes. Considérant que la virilité est la source de l’égo chez les hommes, manifester ce problème est à la limite insupportable. Aussi, selon certaines statistiques, l’impuissance sexuelle masculine est la source de beaucoup de frustrations dans les relations de couples. À la base de ce problème, plusieurs facteurs liés tant aux maladies qu’à la psychologie. Nous nous proposons ici de vous amener à la découverte des causes du dysfonctionnement érectile chez l’homme. Lisez plutôt.

Lire la suite

Vaginisme : définition, causes et solutions

Vaginisme : définition, causes et solutions

Trouble sexuel peu connu, le vaginisme concerne pourtant des milliers de femmes. C’est un processus psychophysiologique rendant impossible tout acte sexuel entre la femme et l’homme, toute tentative de pénétration du pénis dans le vagin occasionnant de vives douleurs chez la femme. Les conséquences pour le couple sont ainsi multiples : frustrations des deux conjoints, infertilité, incompréhensions diverses etc. Comment donc le reconnaitre ?

Lire la suite

feet-2605664_960_720

Comment ralentir l’éjaculation de votre mari au lit ?

À chaque fois, c’est la même chose, c’est la même frustration. Excités, votre mari et vous passez au lit pour des câlins plein de fougue et d’amour. Mais, à peine la pénétration commencée, il éjacule alors que vous n’en étiez qu’aux balbutiements de plaisir. Êtes-vous obligée de finir frustrée sexuellement ? Pas du tout ! Il existe plusieurs solutions faciles à mettre en place pour retarder l’éjaculation.

Lire la suite

comment-mettre-un-terme-cette-ejaculation-precoce.png

Comment mettre un terme à cette éjaculation précoce ?

Au sein d’un couple, les troubles sexuels peuvent être particulièrement dommageables, car ils sont une source de conflits, mais également d’éloignement. Les conjoints n’arrivent plus à communiquer. Il est donc nécessaire de résoudre au plus vite cette éjaculation précoce, car elle peut empoisonner votre quotidien et le transformer en un réel cauchemar. 

Plusieurs hommes sont touchés par ce trouble

Vous n’êtes pas le seul dans cette situation, car l’éjaculation précoce touche près d’un homme sur trois au cours de sa vie. Plusieurs causes peuvent expliquer ce trouble et vous trouverez diverses solutions pertinentes en cliquant ici. Les problèmes psychologiques, la détresse émotionnelle, le stress, la pression au travail, une baisse de l’estime de soi… Ce sont autant de problèmes qui vous permettent d’expliquer les causes et surtout de résoudre cette éjaculation précoce. Il faut donc traiter la source et vous pourrez enfin avoir une vie sexuelle épanouie. N’hésitez pas à communiquer avec votre partenaire notamment pour lui faire part de vos doutes et de vos angoisses. Cela suffit parfois pour retrouver un quotidien beaucoup plus serein, mais un sexologue peut également vous aider.

Quelles techniques pour supprimer ce trouble ?

Pour retarder votre orgasme, vous pouvez opter pour diverses pratiques :

  • Les thérapies sexo-comportementales portent généralement leurs fruits.
  • Familiarisez-vous avec la méthode du stop and go.
  • La technique du squeeze peut aussi être attrayante.

Si vous cherchez des explications, vous trouverez toutes les informations sur le blog que nous avons pu citer. Vous aurez également si vous devez opter pour des médicaments qui ne sont pas obligatoires surtout si le stress est à l’origine de cette éjaculation précoce.

Ce trouble se caractérise par une impossibilité à retenir l’orgasme qui survient très rapidement, généralement moins de deux minutes après la stimulation sexuelle. Cela représente donc un frein dans la vie d’un couple qui ne peut pas avoir de rapports sexuels.

Il existe deux formes

Nous avons tendance à parler de l’éjaculation précoce, mais nous ne sommes pas assez précis en employant ces deux termes. En effet, il y a deux formes qui peuvent toucher certains hommes. La version primaire est la plus simple et surtout la plus handicapante. En effet, elle se présente à chaque rapport et même si vous changez le partenaire, vous avez toujours le même problème. Dans la plupart des cas, ce trouble sexuel est observé tout au long de la vie et il est difficile de le supprimer. Certes, il est possible de réduire le désagrément, mais la situation n’est pas « normale ».

Il existe également l’éjaculation secondaire qui n’est pas systématique. Elle peut donc apparaître lors de certains rapports alors que d’autres se déroulent tout à fait normalement. Dans la plupart des situations, une consultation s’avère être indispensable afin de comprendre les raisons de ce dysfonctionnement qui peut être engendré par une maladie sous-jacente, la prise de médicaments, un trouble érectile ou neurologique, voire un problème psychologique comme nous avons pu l’évoquer. Ne négligez pas le stress ainsi que la pression, car ces deux émotions négatives sont particulièrement difficiles à gérer et les conséquences sur l’organisme sont souvent désastreuses.

les-problemes-dintimite-sexuelle-une-affaire-dhomme-egalement.png

Les problèmes d’intimité sexuelle, une affaire d’Homme également

La vie à deux n’est pas un long fleuve tranquille. Loin de là ! Au début, les amoureux sont tout feu tout flamme et, au fil des années, la relation qui était alors synonyme de joie, de bonheur et d’envie vire alors au cauchemar. Les problèmes de couple et les nombreux sujets qui fâchent – jalousie, argent, enfant, routine, travail, infidélité, famille notamment – peuvent alors entacher la relation amoureuse. Et parmi toutes les embûches sur le parcours amoureux, la sexualité est mise à rude épreuve. 

Tous les couples rencontrent un jour ou l’autre des problèmes. Ce n’est pas pour autant qu’il faille envisager la rupture. Loin de là. Perte de la libido, douleurs pendant l’acte, absence de plaisir, relation sexuelle anorgasmie, trouble du désir et du plaisir, vaginisme ou encore vestibulite par exemple, bien que dans la plupart du temps les troubles sexuels féminins soient mis en avant, de nombreuses maladies peuvent également affecter la sexualité masculine. Pour que la rencontre, la fusion des corps soient existantes et passionnées, le partenaire doit lui aussi exprimer sa souffrance. Apprendre à communiquer n’est certes pas facile, mais pour maintenir la flamme des moments d’intimité sexuelle, il est impératif de faire part de sa tourmente. La sexualité est en effet l'un des enjeux d'une relation de couple qui dure

Gros plan sur quelques pathologies qui se situent sous la ceinture et qui peuvent elles aussi entacher la vie sexuelle du couple made in Homme.

La maladie de La Peyronie

Aussi étonnant que cela puisse paraître, dans certains cas, l’érection prend un virage à 180 degrés et il devient alors difficile de redresser la barre. Bien entendu cette situation souvent traumatisante peut empêcher la pénétration. Néanmoins, cette pathologie n’en demeure pas moins bénigne. Cette maladie dite de la Peyronie – décrite pour la première fois en 1743 par l’un des praticiens de Louis XV, Monsieur François Gigot de la Peyronie – se caractérise alors par une déformation du pénis lors de l’érection. Une plaque fibreuse qui s’est développée sur l'enveloppe entourant le corps caverneux, entraîne alors un défaut d’élasticité des tissus. Bien loin d’être une perte de la virilité, la maladie de Peyronie peut guérir toute seule en ayant recours à certains traitements, l’usage d’extenseur du pénis voire la chirurgie dans les cas extrêmes. Quoi qu’il en soit, il est important d’en faire part à sa partenaire afin de partager ses inquiétudes et être soutenu tout au long du traitement. 

La taille du pénis

Il est naturel et commun que l’homme s’inquiète de la taille de son attribut. Partie importante de son anatomie, mais aussi de son identité masculine, la taille peut être l’un des facteurs des problèmes de couple. Et pourtant ! Il est inutile d’être complexé par la taille de son pénis. Il n’existe d’ailleurs aucune corrélation entre la taille du pénis et la satisfaction sexuelle de la partenaire. La gent masculine à tendance à surestimer la taille normale du pénis, une idée fausse bien entendue ! Car, la taille du pénis en érection varie entre 12 et 17 centimètres. Ce qui est tout à fait suffisant et adapté à la profondeur du vagin. Au-delà de cette notion de taille, c’est bel et bien le plaisir physique, l’intimité érotique qui importent le plus. Et ce sont ces paramètres qui permettent l’implication totale de chacun. L’important est donc tout simplement de maintenir le désir, de vivre pleinement sa sexualité à deux, d’assouvir ses envies et ses désirs conjointement et de donner du plaisir tout simplement, en faisant fi de la taille du pénis bien entendu. 

Les douleurs lors des rapports sexuels

Lors de l’érection ou de l’éjaculation, l’homme peut alors ressentir des douleurs au niveau de la verge ou de ses testicules. Cette douleur peut alors être le signe de la maladie de La Peyronie, résulter d’une infection de l’urètre / urinaire / du sperme, être due au rétrécissement de l’anneau prénuptial ou du canal de l’urètre ou encore provenir d’un problème à la prostate notamment. Les origines pouvant être multiples, il est important de consulter son généraliste et/ou un urologue afin d’identifier l’origine afin de traiter la cause. Ce n’est en effet que par le biais d’un examen bactériologique des urines, de l’écoulement urétral ou du sperme voire d’une échographie selon les cas, que les douleurs pourront être soignées et que l’activité sexuelle sera sans douleur. 

Les problèmes d’éjaculation 

L’expulsion du sperme est un phénomène réflexe chez l’homme. Et pourtant, pour des raisons physiologiques et/ou psychologiques, il arrive que l’éjaculation soit précoce, rétrograde, tardive voire qu’il soit impossible d’émettre du sperme malgré une érection normale, on parle dans ce cas d’anéjaculation. Le stress, l’anxiété, le manque d’excitation ou encore la prise de certaines substances peuvent perturber ce phénomène naturel. Pour y remédier, il est impératif de parler de cela avec son praticien. L’origine peut en effet provenir des effets secondaires suite à la prise de médicaments ou d’une maladie comme la formation de calculs rénaux ou le diabète par exemple. Chercher à comprendre d’où vient le problème en consultant un sexologue voire un psychothérapeute peut également aider à trouver le chemin de son propre plaisir pour retrouver une éjaculation normale. 

1687209-inline

A quoi sert un stimulant sexuel ?

Au fil de la vie, l’activité et les performances sexuelles de l’homme et de la femme varient. Ceci est dû à plusieurs facteurs comme l’état de santé, l’âge, la fatigue ou encore le mode de vie. Mais pour retrouver une certaine libido et satisfaire son conjoint(e), la prise d’un stimulant sexuel peut être intéressante. Dans cet article, retrouvez le rôle et les raisons de prendre un stimulant sexuel pendant une période.

Lire la suite

baisse-desir-sexuel-deux-solutions-un-probleme.png

Baisse du désir sexuel : deux solutions pour un problème

« Il ne me désire plus ». « Elle ne me regarde plus avec les yeux qui pétillent. » « Je ne sais pas si j’éprouve encore du désir à son égard. » « Elle ne me touche plus. » « L’acte est si rapide que je me demande si cela vaut encore la peine que nous le fassions. » « La rencontre sexuelle est ma bonne action de la semaine. » « Allez, zou c’est parti. De la sorte, j’aurai la paix pendant un moment. »

Voici un échantillonnage des propos tenus par de plus en plus de couples. Bien loin des problèmes érectiles et d’orgasmes, le désir n’est plus et les rapports sexuels s’amenuisent comme peau de chagrin. Au sein de votre couple, vous n'êtes pas sans éprouver une certaine frustration. Mais voilà, la sexualité est un phénomène complexe, influencé par une série de facteurs variables et différents d’un couple à l’autre. Les facteurs individuels – éducation reçue des parents, troubles affectifs, rapport douloureux, culture, âge, religion, maladie, stress et fatigue chroniques par exemple – que relationnels – manque de communication, conflits conjugaux, durée de la relation amoureuse, problèmes d’argent, manque d’intimité affective notamment – peuvent dès lors marquer le manque d’intérêt pour l’activité sexuelle.

Fort heureusement, en consultant un spécialiste, un psychologue sur Lyon, les problèmes se résolvent afin que votre couple puisse convoler de nouveau comme au bon vieux temps. Mais en attendant, entretenir la flamme est tout aussi essentiel que de maintenir le désir. C’est d’ailleurs un défi quotidien !

Du sexe : un peu, beaucoup, passionnément et pourquoi pas à la folie ?

Les câlins sous la couette permettent de vous lier en tant que partenaires. D’ailleurs, cela est encore plus important. En effet, selon des études scientifiques, il existe une corrélation entre une sexualité épanouie et la satisfaction conjugale. De plus, quel que soit votre âge, la relation sexuelle procure une certaine satisfaction pendant l’acte certes, mais elle perdure bien au-delà, jusqu’à deux jours.

Au-delà de cela, s’adonner au sport en chambre peut devenir agréable avec quelques astuces. Pour autant que vous soyez prêts à jouer le jeu. 

Ainsi, il est possible de tester de nouvelles sensations, de proposer chacun son tour de batifoler sous les draps, de se rendre à l’hôtel, de se découvrir de manière tactile au travers de baisers profonds voire d’un massage sensoriel par exemple, de dormir nu comme un ver, d’explorer et de laisser libre court aux fantasmes pour autant qu’ils soient partagés et acceptés par les deux parties, de changer ses habitudes et le faire un après-midi … le tout est de rompre la routine, les habitudes passées tout simplement. Et, contre toute attente, mieux vaut que vous gardiez vos chaussettes aux pieds. C’est certes un tue-l’amour, mais voilà, cette source de chaleur favorise la circulation sanguine et permet d’atteindre le nirvana. Cela vaut le coup d’essayer, non ?!